Accueil
 
 

LA VILLE DE NETANYA
 
 
 
Chiffres statistiques de Netanya (mai 2016)
 2015 - Quinze minutes de frayeur
 Netanya et sa géographie
 Les falaises de Netanya
Un planétarium à Netanya
Histoire de Netanya et le Titanic
Tempête à Netanya 
Visite du président Vladimir Poutine
 Commémoration de l'attentat du Park Hôtel
 
 
 LES SENIORS ONT LA PAROLE

Netanya, est la ville préférée des francophones, que cela soit pour leurs vacances ou y faire leur alya
Netanya, la Riviera (ou Côte d'Azur) d'Israël, est fière de son développement rapide et impressionnant, dans les secteurs divers et variés : l'éducation, la culture, l'industrie, du tourisme et des complexes résidentiels de haute qualité.
Dans le même temps, la ville a conservé sa particularité chaleureuse, par laquelle au cours des années, elle a su porter à ses résidents et visiteurs, ce sentiment d'être à la maison.
Netanya est une ville d'absorption des immigrants. La municipalité a investi de grands efforts et beaucoup de ressources pour aider les immigrants pendant leur période d'insertion et les accompagne même aprés une longue période, ceci pour permettre une intégration rapide et personnalisée.
Les résidents de la ville et moi-même, nous vous invitons à venir visiter notre ville avec les plus belles promenades et les plus belles plages d'Israël et qui sait établir votre maison avec nous.
Mme la maire de Netanya - Miriam Fierberg-Ikar
 
IL SE PASSE TOUJOURS QUELQUE CHOSE A NETANYA
 
Netanya, ville d'intégration, est l'une des villes en Israël où réside le plus grand nombre d'immigrants (+ de 34% de la population) du monde entier, et à forte majorité francophone.
Netanya a accueilli depuis ces 10 dernières années plus de 10.000 nouveaux immigrants de France.
Pour aider à l'intégration des Olim de France, le Ministère de l'intégration, la mairie de Netanya et l'Agence juive, ont mis en place des programmes de l'Aliya de groupe dont le but est d'aider les familles à s'intégrer de la meilleure façon possible dans la vie active du pays et dans les domaines les plus critiques de l'Aliya qui sont : l'éducation, l'emploi, la vie sociale, et le logement.
Les séniors sont eux aussi trés bien accueillis par les différentes associations régionales comme le CASIFAN, la WIZO et le BNE BRIT.
La mairie a mis en place des "MOADONIM (clubs)" avec diverses activités comme le yoga, tournoi de bridge, Oulpan ou autre.
Pour connaitre les autres allez sur cette page Web : https://easy.co.il/Golden-Age-Clubs?Region=1424.
 
Les premiers pas en Israël ne sont pas simples car il y a différentes démarches administratives à effectuer, encore bien plus compliquées lorsqu'on n'a pas encore la maîtrise de la langue.
A cette effet est mis à la disposition des familles des Olim de France et en particulier des séniors un accompagnement par une équipe de volontaires dans chaque bureau qui peut être répété jusqu'à ce que soit régularisées toutes les démarches administratives, de façon à faciliter leurs premiers pas.
- Obtention de la carte d'identité israélienne
- sécurité sociale (Bitouah' Leoumi)
- impôts locaux (Arnona)
- service des affaires sociales pour aides et demandes particulières.
Il est organisé aussi des soirées d'information sur les différents domaines qui ne ressemblent pas à ceux de la France comme le système médical ou bancaire par exemple.

A Netanya comme dans les autres villes où est élaboré un programme d'intégration par le ministère de l'Intégration, est basé un coordinateur, chef de projet et en l'occurrence sur Netanya Mr Pachter Freddo, qui accompagne avec son équipe les OLIM de France jusqu'a la fin de leur deuxième année en Israêl (et des fois bien plus).
 
Nous sommes trés heureux de vous savoir parmi nous à la maison chez vous....

 

Chiffres statistiques de NETANYA
 

 

Le Bureau National des Statistiques a publié ses chiffres pour NETANYA au mois de mai 2016

La Ville de Nertanya compte 235.784 habitants, dont 119 825 hommes et 116 259 femmes.
Il y a plus de célibataires hommes : 56.108 contre 48.730 femmes.
Sur le plan de la famille la ville reste relativement stable : On compte 98.772 personnes ensemble (hommes et femmes) et 20.117 divorcées
Le nombre moyen de personnes par famille est de 3,6 en voie d'augmentation car le taux de naissances est important (773 au cours du premier trimestre 2016)
Le nombre de personnes qui s'installent à Netanya est plus élevé que celui qui la quittent. Il est de 3.744.
Au cours du premier trimestre 2016, 469 olim se sont installés. Les olim de France sont plus nombreux que les russes.
L'âge moyen du nouvel immigrant est de 43,9 ans bien inférieur aux 55 ans du début des années 2000
 
 
 
 

Quinze minutes de frayeur
 
24 octobre 2015
La météo avait annoncé de la pluie, mais il ne s'agissait a priori que de quelques gouttes.Il était un peu plus de 8 heures du matin ce dimanche lorsque le temps commença à se couvrir. On rentrait le linge, les chaises, les fauteuils sur le balcon ou la terrasse.
Et puis plus le temps avançait, plus le ciel se noircissait. Un vent venu de la mer montait très rapidement.
Peu à peu il faisait sombre, le bruit su vent persistait et se faisait plus impressionnant.
Il était 9h29 précises lorsque la tornade s'abattait sur la ville. Il faisait quasiment nuit. Plus d'électricité d'abord, puis le vent, suivi d'une pluie diluvienne absolument extraordinaire.
Pendant quinze très longues minutes, c'était un peu la fin du monde dans la ville.
Les arbres décrochaient, des objets non identifiés tombaient des toits, les chaises de restaurant volaient sur toutes les voitures garées dans les rues. Des vitres de magasin volaient en éclats, etc...
 
A 9 h 44, la tempête s'apaisait et on commençait à constater les dégâts.
Deux grues se sont effondrées dans le quartier de Ir Yamim et des milliers de foyers ont été privés d'électricité jusque tard dans la soirée.
 
Pour ma part, j'étais parti avec mon frère en direction d'Eilat où nous devions passer trois jours.
La tempête nous surprit sur l'autoroute 2 à la sortie de Netanya. Il fit nuit d'un seul coup et les phares n'arrivaieznt pas à percer cette obscurité aggravée par une pluie diluvienne que les essuie-glaces n'arrivaient pas à repousser.
Les voitures occupaient les 3 voies de l'autoroute et nous étions sur la voie de gauche, coincés d'un côté contre la rembarde, de l'autre par les files de voitures. Il n'était pas question de rebrousser chemin. La voiture était secouée par le vent de travers et un vacarme infernal régnait dans l'habitacle. Je crus d'abord que c'étaient des branches arrachées des arbres qui s'abattaient sur nous, mais non, c'était une grêle qui simulait comme un bombardement avec des grelons énormes qui menaçaient de briser les vitres.
Les passagers de la voiture étaient épouvantés et priaient Dieu.
Au bout de quinze minutes qui ressemblaient à une éternité nous sortimes de la tourmente, mais nous continuâmes longtemps la route sous une grande pluie.
 
Pour nous, l'épreuve n'était pas terminée. Au lieu d'arriver avant 15 heures comme prévu, c'est vers 21 heures que nous stoppâmes devant notre hôtel, après avoir passé des heures à rouler au pas et à traverser dans la nuit vite tombée, des fossés enormes remplis de boue et de caillasses entraînées sur la route depuis les flancs de la montagne.
Les autorités étaient présentes et s'activaient avec beaucoup d'énergie pour nous faciliter le passage.
Les personnels courageux avaient sur les côtés de l'eau jusqu'en haut des hanches.
 
Nous passâmes une journée splendide le lendemain en visitant Eilat, mais...
le mardi ayant décidé de passer par Jérusalem, nous nous trouvâmes stoppés peu avant Qumran. Un pan de montagne avait glissé sur la route !!!
 
Après une attente de deux heures sans résultat, pendant lesquelles les gens attendaient en vain un déblaiement, nous décidâmes de rebrousser chemin et de passer par Beer-Sheva.
Mais tout le monde était épuisé et finalement nous avons trouvé un hôtel à Ein Bokek et remis le retour au lendemain.
 
A l'arrivée à Netanya, après d'autres traversées d'autres fossés engorgés, sur notre terrasse, le parasol géant ressemblait à un parapluie déplumé, et la base de 40 kilos avait glissé de l'autre côté !!
 
Début de reportage d'"Israël aujourd'hui n° 594", et fin par Attias Edgard.
 
 
 
 
 
 

Le Planétarium de Netanya
 
En face de la tour Island, boulevard Ben Gourion
 
 

 Pose de la première pierre du Planétarium de Netanya

Une cérémonie émouvante s'est déroulée à l'occasion de la pose de la première pierre du Planétarium de Netanya situé près du stade de Tobrouk, sur le projet immobilier Nat 600.
Une surface de 2.000 m2 a été attribuée par la mairie au projet financé par un généreux donateur japonais, Rikihiro Madarame-San.
C'est en sa compagnie que le maire de Netanya, Myriam Fierberg-Ikar, arrivait dans la tente spécialement montée en cette occasion.
 
Conduite par le journaliste Dan Kaner, la cérémonie comprenait un long discours du maire qui commençait par remercier son hôte avant de décrire le projet.
C'est donc un musée de l'Espace et de l'Astronomie qui devrait prochainement voir le jour dans notre ville, le premier de ce type en Israël. Plusieurs jardins japonais entoureront le site avec une décoration "spatiale" originale.

Au cours de son intervention, Myriam Fierberg-Ikar rappelait le souvenir de l'ancien ambassadeur du Japon en Lituanie, Sugihara Chiune, proche parent de M. Madarame-San, qui avait permis de sauver, au cours de l'été 1940, des milliers de juifs en leur offrant un visa leur permettant de fuir la Lituanie envahie par l'URSS vers le Japon. Elle ajoutait que la mairie avait décidé de donner son nom à une rue de Netanya proche du planétarium. D'ailleurs, plusieurs rescapés de la Shoa sauvés par Sugihara Chiune étaient présents.
Ils habitent depuis la création de l'Etat, dans une partie du quartier de Chikoun Mizrahi que les riverains qualifient de "japonais". Des délégués d'élèves de l'école Ilan Ramon, premier astronaute israélien disparu dans l'espace, ont souhaité la bienvenue aux invités japonais dont l'adjoint à l'ambassadeur du Japon en Israël.
 
Au cours de la cérémonie, l'ancien ambassadeur d'Israël au Japon, Elie Cohen, ceinture noire de judo, a fait une exhibition d'art martial absolument extraordinaire. Plus de 200 invités ont assisté à cette cérémonie marquant le début de la construction d'un site unique à Netanya.

Israël aujourd'hui n° 572 - 17 novembre 2014

 
   
Début de la construction 1er décembre 2014
 
 
 

 

13 janvier 2015

18 janvier 2015
 
 
 
 
 

Netanya et sa géographie....
 
 
     
    L'Etat d'Israël est situé entre 30° et 40° de latitude Nord. Netanya est localisée sur sa frontière Ouest, en bord de Méditerranée, au centre de la région du Sharon près de la plaine côtière ; la partie la plus densément peuplée du pays. Elle est bordée par deux rivières, au Sud le Nahal Poleg et au Nord le Nahal Avihail, un affluent du Nahal Alexander près de la vallée de Hefer.
     
    Netanya se trouve sur la chaîne montagneuse Kurkar qui culmine au centre de la ville à près de 50 m. Les falaises qui bordent la ville à l'ouest s'élèvent de 15 à 40 m au-dessus du niveau de la mer et la bande côtière a une longueur d'environ 20 à 30 m.
     
    La structure géologique du terrain de Netanya est analogue à celle de toute la région du Sharon. Le sol est contitué d'argile rouge brun, dépourvu de chaux, auquel s'ajoute du sable dans sa couche superficielle. Aux extrémités Nord et Sud de la ville, l'argile est recouverte par des dunes de sable. La chaîne de montagne Kurkar est composée principalement de pierre calcaire, d'argile et de sable en surface. Entre les crêtes montagneuses, le terrain est constitué d'un sol non poreux et d'argile brune.
     
    Les falaises qui surplombent la plage connaissent une érosion constante à l'origine d'éboulements de blocs de pierre calcaire qui, dans le passé ont provoqué mort d'homme et endommagé de larges portions de la plage. Plusieurs facteurs sont responsables de ce phénomène d'érosion : la composition de la roche, les secousses tectoniques, les variations de pression, la formation de crevasses et de dépôts sédimentaires, les tremblements de terre, les modifications morphologiques engendrées par les vents et la poussée permanente des vagues ; la construction intempestive par les hommes, le long des falaises.
     
    Pendant plusieurs années, les autorités locales ont envisagé des solutions à ce sérieux problème. Des recherches ont été menées par d'éminents experts israéliens et étrangers. Nombre de leurs recommandations ont été réalisées mais le problème subsiste.
    Ces dernières années le plan de fortification de certaines falaises sur lesquelles la construction est dense, ont été appliquées avec succès. La fortification fait appel à des méthodes particulières de construction et l'usage de certaines variétés de végétation.
     
    Traduit de l'anglais par le Docteur Avraam Sellem. Eched n° 42 juillet-août 5770 (2010)
 
 
 
 

Les falaises de Netanya
 
 
     
    En 2009, le bureau du Contrôleur de l'Etat, Michael Lindenstross, a analysé les efforts de plusieurs villes du pays confrontées à une situation de plus en plus dangereuse des falaises.
     
    Netanya qui est la ville qui comprend le périmètre le plus important de falaises, près de 15 kilomètres, a perdu, selon le rapport, depuis 1958 une surface estimée à 100 dounams ! (1 dounam = 1000 m2)
    Durant cette période de 42 ans, le bord de mer aurait reculé de 10 mètres sur toute sa longueur !
     
    Le rapport précise que les brise-vagues, présents uniquement sur les plages centrales, provoquent des dégâts sur les falaises environnantes, en général sur le nord.
    Il ajoute que la mairie de Netanya a demandé de placer ces brise-vagues sur toute la longueur des plages, ce qui protégerait naturellement les falaises mais risquerait de repousser le problème un peu plus loin...
     
    Plage des saisons (photo auteur du site)
     
    Le contrôleur reconnaît que la mairie de Netanya a bien tenté de contenir l'affaissement des falaises même si les moyens employés restent dérisoires.
    Israël aujourd'hui n° 476, 1er novembre 2010
     
    3 août 2015
    La mairie a lancé un nouveau plan qui tient en deux opérations : la construction de plusieurs nouveaux brise-vagues sur les plages allant de Sironit à Argaman. De plus, d'énormes quantités de sable seront déposées sur les plages afin de les assécher le plus possible et éviter ainsi la trop forte pénétration de l'eau.
    Deux handicaps majeurs à ces mesures : D'une part le prix très élevé du projet et ensuite, la quasi-disparition du paysage de l'horizon le long des plages.
    Les travaux d'une durée de plkusieurs mois devraient se terminer avant le prochain été.
    Israël aujourd'hui n° 589, 3 août 2015
 
 
 

HISTOIRE DE NETANYA ET LE TITANIC
 
 

 La fin d'un illustre passager juif du Titanic
par Mylène Sebbah

On ne sait pas combien de Juifs sont morts sur le célèbre paquebot qui a coulé le 15 avril 1912, mais, parmi les plus connus d'entre eux, se trouvaient, sans conteste, Isidor et Ida Strauss.

Sur les 2.225 passagers et membres d'équipage qui se trouvaient à bord de l' "insubmersible" paquebot britannique pour son voyage inaugural, seulement 713 ont survécu. On ne sait pas combien de passagers du Titanic étaient juifs mais il est raisonnable de supposer, qu'au plus fort de cette période de grande émigration juive d'Europe vers l'Amérique du Nord, ce navire qui voguait vers New York, devait être bondé d'immigrants juifs parmi ceux qui voyageaient dans l'entrepont. (Environ un million de migrants juifs ont fait le chemin d'Europe vers les États-Unis entre 1880 et 1914 avec des escales au Royaume-Uni.)

Par ailleurs, et c'est là une preuve supplémentaire d'une présence juive importante à bord, le Titanic, comme un certain nombre d'autres transatlantiques à l'époque, avait une cuisine cachère pour les passagers observant les lois alimentaires juives. Mais eux ne voyageaient pas dans les ponts bas.Ils n'étaient pas des migrants, étant américains depuis leur jeune âge. Ils faisaient partie probablement des passagers du pont supérieur, le plus huppé du navire.

Isidor et Ida Strauss n'en ont pas moins péri avec tous les autres, non sans avoir accompli au dernier moment de leur vie un acte d'héroïsme et de sacrifice extraordinaire.

Isidor était l'un des quatre enfants de Lazare Strauss.
Celui-ci avait émigré de Bavière en Géorgie, aux États-Unis, en 1852.
Après la guerre civile, Isidor et son jeune frère Nathan avaient tenté l'aventure à New York et avaient formidablement réussi dans le commerce du verre, de la porcelaine et de la mercerie, rachetant dans les années 1890 deux magasins de Brooklyn dont ils firent une chaîne réputée de grands magasins, Macy's et le "Abraham & Strauss". Isidor Strauss, né en 1845, était un homme public très actif à New York.
Il avait même occupé des fonctions pendant un an au sein du Congrès américain, en 1894-1895.
Son épouse, et lui-même avaient passé l'hiver 1912 en Europe, un séjour consacré à des visites familiales en Allemagne mais aussi au repos à Cap Martin en France. Isidor, relevant de maladie, était en convalescence.

Dans le même temps, cet hiver-là, son frère, Nathan, né en 1848, s'était rendu en Palestine.
Autant Isidor était un laïc convaincu, engagé dans la vie américaine et fortement opposé au sionisme, autant Nathan était extrêmement intéressé par le mouvement national juif. En 1912, il avait donc fait ce voyage avec Judah Magnes qui, bien plus tard, deviendrait le président-fondateur de l'Université hébraïque.
La légende veut que les deux frères aient eu l'intention de rentrer ensemble à New York au printemps. Isidor avait acheté des billets pour eux quatre, les deux frères et leurs épouses. Mais Nathan ne s'est jamais présenté à l'embarquement à Brighton le 10 avril ; il avait été retenu en Palestine.
Isidor et Ida se sont donc retrouvés seuls à bord du Titanic.

Lorsque le bateau a commencé à couler, Isidor a vite compris qu'il n'y avait pas suffisamment de canots de sauvetage pour toutes les femmes et les enfants ; il a refusé de monter dans l'un d'entre eux ; Ida, à son tour, ne voulant pas se séparer de son mari, a refusé d'être sauvée si bien qu'ils sont morts ensemble. Leur mort a été un événement majeur aux États-Unis.
Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à un service à New York et les 5.000 employés de Macy's se sont cotisés pour faire apposer une plaque à leur mémoire à l'intérieur du magasin. "Leurs vies étaient très belles et leur mort glorieuse", pouvait-on y lire.

Nathan Strauss a été profondément bouleversé par la mort de son frère.
Sentant qu'il n'avait dû qu'à un miracle d'avoir été épargné, il a consacré le reste de sa vie à des actions philanthropiques et au soutien au mouvement sioniste, laissant à sa mort en 1931, les deux tiers de sa fortune à des causes pour le développement de la Palestine mandataire.

" 1926 : Netanya devient une ville. L’association Bnei Binyamin réunie à Zichron Yaacov prend la décision de créer un nouveau point de peuplement.
1928 Oved Ben Ami et Itamar Ben Avi informent le philanthrope américain, Nathan Strauss, que le nom de Netanya a été choisi en son honneur en Israël."
Source : site officiel de la ville de Netanya
 
 
 
 

CEREMONIE EN MEMOIRE DE L'ATTENTAT DU PARK HOTEL
 
 
La Journée internationale du 11 septembre 2009 a été marquée par une cérémonie au Park Hôtel de Netanya,
en présence d'Arnold Roth, Président de Keren Malki, partenaire israélien de l'Alliance Internationale Contre le Terrorisme
et de Monique Bouaziz.

Quelques jours plus tard, on apprenait l'arrestation du cerveau de cet attentat

     
    L'attaque contre le Park Hôtel de Netanya, le soir de Pessah 2002, reste gravée dans les mémoires comme l'un des symboles les plus atroces de la seconde Intifada.
    29 personnes, essentiellement des personnes âgées, avaient alors trouvé la mort.
    Le terroriste avait poussé le cynisme jusqu'à s'asseoir un instant pour partager un moment de la fête avec ses victimes.

    Cet attentat avait provoqué une telle émotion dans l'opinion publique israélienne que quelques jours plus tard, Tsahal avait déclenché
    l'Opération Rempart pour reprendre le contrôle des grandes villes de Judée-Samarie.

    Aussi l'arrestation de Mohammad Khreweich, 26 ans, responsable militaire du Hamas dans la région de Tulkarem, a-t-elle été accueillie avec soulagement par l'opinion publique israélienne. D'autant plus qu'il a été appréhendé avec l'un de ses lieutenants, Adnane Samara.

B.A. Actualité Juive n° 1086, 24 septembre 2009

 
 
retour